Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘observation’

Un texte récent paru en prépublication sur le site de la revue British Journal of Educational Technology a attiré mon attention en rapport avec une activité que je fais de plus en plus: l’observation de cours. J’avais déjà expliqué dans un article précédent comment je mène ces observations. Mais une question qui reste pour moi en suspens est celle de l’utilisation de la vidéo dans ce contexte et de son exploitation avec la personne observée. Il m’arrive relativement rarement de filmer les enseignant-e-s et lorsque c’est le cas, je n’exploite pas directement la vidéo avec eux/elles. Je leur laisse le soin de la visionner eux/elles-mêmes après le debriefing oral. Ceci ne me satisfait pas tout à fait dans la mesure où j’aimerais leur proposer un encadrement plus adéquat. En effet, dans la littérature sur le micro-enseignement, on conseille en général de ne pas laisser les enseignant-e-s seul-e-s face à leur vidéo, car cela peut être assez déstabilisant (Pelpel, 2003; Wagner, 1988). L’article de Tonya Tripp et Peter Rich sur l’usage de la vidéo par les enseignant-e-s pour développer leurs pratiques m’a permis de trouver quelques réponses à cette question. Il propose une analyse de 63 études sur le sujet ainsi qu’une liste intéressante de questions qu’un-e conseiller-ère pédagogique peut se poser pour concevoir une méthode d’accompagnement des enseignant-e-s.

Le but premier de l’article est de décrire comment la vidéo est utilisée avec des enseignant-e-s pour qu’ils/elles réfléchissent à leurs pratiques et les développent. Les résultats généraux montrent que l’usage de la vidéo dans ce but est globalement efficace mais les études utilisent la vidéo de façons tellement variées qu’il est difficile de savoir quelles pratiques sont les plus utiles et efficaces. Ce qui ressort seulement de la plupart des études, c’est que:

  • les enseignant-e-s préfèrent exploiter la vidéo en collaborant avec des collègues, par exemple en l’analysant ensemble, plutôt que seul-e-s;
  • il paraît important de trouver un équilibre entre des dimensions d’observation standardisées (celles que l’on peut trouver dans des grilles d’observation publiées dans la littérature par exemple) et des dimensions personnalisées (qui portent sur des questions très concrètes que les enseignant-e-s se posent dans leur classe);
  • les différents types d’exploitation de la vidéo après observation sont utiles mais il est difficile de savoir lesquels sont les plus efficaces.

Les deux auteurs de l’article proposent donc de classer les usages de la vidéo selon 6 dimensions.

  1. Dimension 1: type de tâche de réflexion proposée aux enseignants. Quatre types de tâches sont en général proposées aux enseignant-e-s pour exploiter la vidéo tirée de l’observation de leur cours:
    • Utilisation d’une checklist ou d’une liste de codes. Les enseignant-e-s sont invité-e-s à quantifier certains comportements précis en général dans le but de les entraîner par la suite. Cette liste est le plus souvent assez courte.
    • Réflexions écrites. Les enseignant-e-s prennent des notes personnelles, remplissent un journal de bord ou répondent par écrit à des questions précises. La vidéo est dans ce cas très utile, car elle permet de baser ses observations sur des faits et non uniquement sur des impressions personnelles.
    • Édition de vidéos pour produire un clip qui sera ensuite exploité avec un groupe de collègues ou un-e conseiller-ère.
    • Discussion libre avec des collègues ou des conseiller-ère-s.
  2. Dimension 2: guidage de la réflexion. Ce guidage peut se réaliser à l’aide de grilles d’évaluation, de checklists, de listes de questions de réflexion ou de catégories de codage lors du visionnement. Ces outils sont utiles car on remarque souvent que les enseignant-e-s, sans guidage, se focalisent sur de petits détails sans importance de leur prestation. Par contre, il paraît utile de discuter de ces outils avec les enseignant-e-s au préalable pour les affiner et définir leur utilisation.
  3. Dimension 3: réflexion individuelle ou collaborative. Si l’exploitation se fait individuellement par l’enseignant-e filmé-e, il est important de lui proposer des outils de guidage et de prévoir au moins un moment de discussion avec un-e conseiller-ère. L’exploitation de la vidéo en groupe, avec d’autres enseignant-e-s est jugée la plus utile par les enseignant-e-s eux/elles-mêmes. Cela semble aider en outre les jeunes enseignant-e-s à observer des aspects de leur enseignement qu’ils/elles n’auraient pas vus seul-e-s. Il est aussi envisageable de proposer une exploitation individuelle puis une discussion en groupe.
    Dans ces trois modalités différentes, il apparaît souvent que les enseignant-e-s novices ont tendance à faire davantage confiance aux commentaires d’un-e conseiller-ère pédagogique plutôt qu’à ceux de leurs collègues, même très expérimenté-e-s.
  4. Dimension 4: longueur de la vidéo. Dans les 63 études collectées par les auteurs de l’article, la longueur des séquences vidéos exploitées est très variable, mais il est difficile de savoir s’il s’agit d’un aspect important ou non pour favoriser la réflexion des enseignant-e-s. Il semble néanmoins que des séquences de 5 minutes choisies spécifiquement soient suffisantes. Tout dépend en fait des dimensions d’observation choisies et des objectifs du travail de réflexion.
  5. Dimension 5: nombre de réflexions. Le plus intéressant semble de proposer aux enseignant-e-s trois observations filmées successives avec chaque fois une exploitation et une discussion afin d’essayer d’observer une évolution dans les pratiques en classe. Mais cette modalité est très coûteuse en temps pour l’enseignant-e comme pour le/la conseiller-ère. Il est aussi difficile de savoir quel est le nombre optimal d’observations et de réflexions successives pour observer une évolution durable dans les pratiques.
  6. Dimension 6: mesure de la réflexion. La question qui se pose ici est « à quoi voit-on qu’une véritable réflexion a eu lieu chez les enseignant-e-s? quand peut-on dire qu’un-e enseignant-e est réflexif-ive? ». Une « mesure » intéressante consiste à se dire qu’une bonne réflexion a eu lieu lorsque l’enseignant-e ne s’interroge plus sur ses pratiques d’enseignement mais plutôt sur l’apprentissage des étudiant-e-s… D’autres éléments peuvent être pointés: le changement de pratiques en classe, l’auto-évaluation de la capacité à réfléchir à sa pratique, la perception de l’efficacité par l’enseignant-e lui/elle-même, la précision de l’enseignant-e lorsqu’il/elle code sa prestation en vidéo, etc.

En conclusion, Tripp et Rich proposent 6 questions que les conseiller-ère-s pédagogiques pourraient se poser pour aider les enseignant-e-s à exploiter la vidéo de leurs séances de cours:

  1. Quel type de tâche proposer aux enseignant-e-s pour analyser leur vidéo?
  2. Quel cadre d’analyse proposer aux enseignant-e-s pour travailler avec leur vidéo?
  3. Faut-il organiser des séances réflexives individuelles, collaboratives ou les deux?
  4. Quelle longueur de vidéos exploiter?
  5. Combien de fois les enseignant-e-s devraient-ils/elles analyser leurs vidéos?
  6. Quelle méthode mettre en œuvre pour déterminer le bénéfice des enseignant-e-s suite au travail de réflexion avec la vidéo?

Personnellement, ce que je vais mettre en œuvre à la suite de cette lecture, c’est surtout de proposer plus systématiquement l’utilisation et l’exploitation de la vidéo avec les enseignant-e-s que je vais observer en classe et constituer une grille d’exploitation de cette vidéo, notamment pour que les enseignant-e-s puissent plus facilement « s’auto-observer » par la suite. Je réalise une dizaine d’observations par semestre ainsi qu’une trentaine de micro-enseignements lors des formations pédagogiques que nous organisons. Ces vidéos me permettraient de proposer un suivi plus long, mieux organisé et plus guidé pour conduire à des réflexions plus approfondies avec les enseignant-e-s.

Pelpel, P. (2003). Accueillir, accompagner, former des enseignants. Lyon: Chronique sociale.

Tripp, T., & Rich, P. (n.d.). Using video to analyze one’s own teaching. British Journal of Educational Technology.

Wagner, M. (1988). Pratique du micro-enseignement. Bruxelles: De Boeck.

Publicité

Read Full Post »

Dans le cadre de ma fonction de conseil, je suis amené de temps en temps à venir dans une classe observer le déroulement d’un cours ou d’un séminaire. Voici les quelques étapes que je suis. Un livre qui m’a bien aidé pour trouver des dimensions pertinentes d’observation et pour pratiquer un feedback constructif et formatif est celui de Marie-Cécile Wagner (1988), Pratique du micro-enseignement. Mes observations jusqu’à présent se sont déroulées avec des assistant-e-s dans deux contextes différents: une demande spontanée de la part d’un-e assistant-e ou une observation dans le cadre du module de suivi de la formation pédagogique que nous organisons ici à l’UNIL pour les assistant-e-s, il s’agit alors d’un travail d’application de la formation dans un cours ou séminaire.

  1. Je commence par organiser une réunion de préparation (30-45’). La personne décrit :
    • Son contexte (étudiant-e-s, organisation, objectifs du cours/TP/séminaire, modes d’évaluation, stratégies d’enseignement, etc.).
    • Des questions qu’elle se pose ou des problématiques qu’elle rencontre.

    Nous décidons alors ensemble des objectifs de l’observation et du moment à filmer pendant le cours/TP/séminaire (30 minutes normalement – en général ça n’apporte pas grand chose de plus de filmer davantage). Nous décidons aussi de la date du debriefing (pas trop longtemps après l’observation, moins d’une semaine si possible).

  2. Observation filmée en salle de classe (film de 30’). Les cours durent en général 2 X 45′. Ma fiche d’observation (PDF, 36 Ko) est organisée en 4 colonnes: temps, actions de l’enseignant-e, actions des étudiant-e-s, notes à propos des ressources et du matériel utilisés.
    A la fin de la séance, un petit questionnaire (PDF, 36 Ko) pour préparer le debriefing est donné à la personne filmée. Elle le remplit en visionnant le film et me le renvoie par email avant le debriefing pour préparer la discussion. A ce niveau, plusieurs choses que je fais:

    • il est possible que la personne n’aime pas se revoir en vidéo. Je propose alors qu’on regarde ensemble le film lors du debriefing mais elle remplit quand même le questionnaire.
    • je ne donne pas mes notes d’observation, elles me servent uniquement pour préparer de mon côté la séance de debriefing.
  3. Je prépare le debriefing sur base des questions et des représentations de la personne filmée qu’elle a rédigées dans le questionnaire (documentation, idées d’activités à tester, conseils spécifiques, etc.).
  4. Séance de debriefing : discussion sur base des questions posées.
    • Analyse de l’observation : qu’est-ce qui s’est passé ? On reprend ici les réponses au questionnaire et on discute sur base des mes observations.
    • Prise de décision : par la suite, que va changer ou adapter la personne dans son cours/TP/séminaire avec ses étudiant-e-s ?

    Si besoin, je donne de la documentation ou fais un résumé d’une demi page de la discussion de debriefing. Pour le feedback, je n’aime pas trop me mettre en avant. Il me semble que c’est d’abord l’avis de la personne qui compte. Et surtout, l’objectif est que la personne arrive à faire l’analyse elle-même pour éventuellement par la suite réfléchir à sa pratique seule.

  5. Option : une seconde séance d’observation a lieu pour observer les nouveaux éléments discutés qui ont été éventuellement testés avec les étudiant-e-s.

Wagner, M. (1988). Pratique du micro-enseignement. Bruxelles: De Boeck. 

Read Full Post »